Communication - Graphisme - Edition - Web - Production


Katharsis. Et si l’un de vos proches mourait en direct sur le Net ?

Il y a un an, nous vous parlions de l’Avalant, ce premier roman de Melissa Collignon qui jetait l’ancre dans la Sambre pour nous immerger dans le monde de la batellerie, le temps d’une intrigue autour d’une mystérieuse histoire de famille. Pour cette rentrée littéraire, la Nivelloise est de retour avec Katharsis, un thriller qui aborde le voyeurisme sur internet et l’influence des médias, des thèmes qui font (trop) souvent la une de notre actualité.


Le synopsis du livre

Opportuniste sans scrupules pour les uns, justicier pour les autres, Mathias Scalo est le fondateur de www.katharsis-video.be. Chaque jour, il arpente les rues de Bruxelles pour filmer les incivilités et les poster on-line. Son business : l’humiliation. Entre insultes, colère et honte, Mathias sait exactement ce qui plaît à ses millions de followers. Alors il filme, sans cesse ... Jusqu’au jour où c’est sa sœur jumelle, Marie Scalo, qui se retrouve à la une de son site, dans une humiliante mise en scène au terme de laquelle elle perd la vie ...
De Bruxelles à Paris, commence alors une folle enquête menée par une équipe de policiers mis sous pression par un chef dépassé et des médias avides de scoops. Qui s’en est pris à Marie Scalo ? Quelqu’un a-t-il tenté de se venger des vidéos de Mathias ? Ou est-ce Mathias lui-même qui a exposé sa sœur aux yeux du monde pour gagner toujours plus d’argent ? Alors que la presse s’empare de l’histoire avec une sorte d’euphorie incontrôlable, Mathias, de son côté, commence sa propre enquête ; des recherches qui l’amèneront à découvrir la vraie personnalité de sa sœur jumelle, la seule personne qu’il pensait connaître par cœur…

(Extrait) « Les internautes s’excitent parfois plus sur la toile que les gens filmés en direct, surtout pour les scènes de nuit, celles qui passionnent ses followers, quand Mathias traque les hommes qui s’enfilent des prostituées sur les parkings ou les bords de route. Mathias les suit dans la nuit et les prend en flagrant délit, en veillant à ne surtout pas perdre une miette du moment crucial, celui où les hommes cessent de remuer les fesses, le pantalon baissé, le regard vitreux et extatique de ceux qui éjaculent. Alors, il braque son téléphone sur le visage qui se crispe de plaisir, d’angoisse, puis de honte à l’idée d’être vu et revu dans les vingt-quatre heures par des millions de personnes...»

Pourquoi un meurtre sur Internet ?

L’auteur répond : « J’avais envie de quelque chose de plus moderne que l’Avalant, (dont l’histoire se passe au début du siècle dernier). Envie d’explorer des thématiques plus actuelles, et rien ne m’a semblé autant dans l’air du temps qu’Internet. À l’heure actuelle, beaucoup de gens ont l’impression de manquer de temps. On étouffe. On court. Mais quand on sait que la majorité d’entre nous passe en moyenne 1h30 par jour sur les réseaux sociaux, on peut franchement revoir notre impression ... Internet est devenu un élément central de nos vies, mais aussi un espace de trafic d’informations énorme qui n’est régi par (presque) aucune règle. De ça aussi, j’avais envie de parler : la liberté sur le Net. Elle est presque totale. On poste un tas d’infos personnelles qui ont pour seul but la mise en scène de la vie privée et n’ont aucune valeur ajoutée. De ce fait, on trouve sur la toile le meilleur mais aussi le pire, Internet étant devenu un défouloir géant, où tout le monde s’exprime sans limites et sans crainte. Une sorte de zone de non droit où les gens ont tout le loisir de se cacher derrière un profil ou un pseudo. Et tout ça crée un lieu d’échange d’insultes et de règlements de comptes où le concept de vie privée est fortement malmené. C’est l’objet de mon roman : la manière dont les gens se défoulent et libèrent leur pulsions sur la toile. D’où le titre. »

Rendez-vous sur www.katharsis-video.be

Attendu le 19 septembre en librairie, Katharsis (19€) sera disponible à la Compagnie des Mots, place Emile de Lalieux (Tél: 067 22 10 33) ou sur commande dans toutes les librairies.
Luc Pieltain
Lu 303 fois





Facebook
Twitter
Flickr
Rss